Avant de continuer.

Avant de continuer.

Avant de continuer.

Avant la rentrée.

Hey,

pour débuter correctement la rentrée, j'avais pensé vous communiquer quelques infos par le billet des canaux Facebook et Youtube. La raison l'emporte, j'active mon blog pour parler franchement à ceux qui croiseront ce petit texte. Dans un milieu ou toutes les compétences sont nécessaires, croyez moi, vous êtes propulsés comme un couteau suisse ou bien le petit chef de rang.

Et oui, c'est pas facile la vie dans le monde artistique. Quand les personnes qui vous entourent n'ont aucune idée de la vie que vous menez, quand les aprioris sont portés par vos proches, il devient difficile d'accéder à un semblant de calme et de plénitude. Si vous additionnez ceci, avec vos collaborateurs, votre tête peut vite ressembler à une pastèque bien juteuse, chaude à l'extérieur, fraîche à l'intérieur.

Alors voilà, oui, c'est vrai, j'enregistre du monde, je conseille, j'essaye d'aider comme je peux, je ne compte pas, surtout je ne compte plus, le nombre d'heures que je passe à agir bénévolement, le temps que je passe à développer à coté pour mon futur et oui c'est encore vrai, depuis 2014 je n'ai pas vu le centime d'euro attribué à l'exercice de mes fonctions. Il semblerait que notre collectif, cette association, n'est pas rentable.. Mon activité principale est d'être formateur et dirigeant qui semble être un poids et bien plus souvent la source de mes problèmes physiques. C'est un frein qui existe quand l'un de nos poumons est l'art, la musique, la peinture, les moyens d'expression. La structure Art'Soc' permet d'évoluer, grandir et d'être sensibilisé, averti, de manière constante vous travaillez en groupe, vous acceptez d'entendre les choses qui ne font pas toujours plaisir, vous n'êtes pas dans un endroit où il n'y a que de la place pour les gens qui sont acceptés par une communauté. Si je perds mon temps, mon énergie, mon argent dans ce projet, c'est parce que je pense qu'il est important d'accepter chacun d'entre nous, avec nos différences, avec nos points de vue mais aussi parce que le travail avec des collègues différents peut permettre de construire aussi. Rentable pour qui, à quoi? À quoi sert une association?

 

Quelle est la raison pour laquelle les gens adhèrent à une association? Ceci est l'exemple typique des questions qu'on peut nous poser. Pourquoi une association doit être rentable? C'est quoi le principe d'une association? L'association, le collectif, le groupe, l'état d'esprit, la structure, la politique et surtout LA CONCURRENCE pourquoi? Ce sont des questions que nous nous posons de manière récurrente car nous pensons que l'association n'est qu'une simple maison dans laquelle nous sommes ensemble, c'est un simple moyen de graver dans le marbre notre participation au projet. Pourquoi existe-t-il de la concurrence entre des associations? Le cancer de notre esprit puisque nous voulons aider bénévolement et que cela ne rapporte rien, aucun bénéfice n'est tiré de cette aventure et beaucoup vont calquer le modèle pour en tirer des avantages.

 

La réalité dépasse la fiction, c'est plus profond, est-ce que nous arriverons à mieux vivre ensemble, est-ce que Art'Soc' pourrait réussir à mettre tout le monde d'accord? C'est très utopiste mais nous sortons du cadre artistique et pourtant, le cadre artistique technique c'est notre dada, nous savons faire tourner des équipes. Dans la musique, l'audiovisuel ou même l'organisation d'événements, nous sommes le point névralgique de la coordination puisque chaque personne qui oeuvre chez Art'Soc' n'attend aucun retour sur investissement. Il n'est pas question de carotte pour faire avancer l'art mais plutôt d'un intérêt commun pour vivre un jour de nos aventures communes. Voici les questions sur lesquelles nous perdons tous les jours du temps, sur lesquelles nous pourrions parler et débattre pendant des heures parce que tant nous pouvons parler de ceci, tant il existe des formules différentes, des recettes gastronomiques plus ou moins coûteuses, ou plus ou moins ambitieuses et plus ou moins je ne sais quoi encore. Une politique humaniste, ou plutôt une politique non-discriminatoire, voici le modèle sur lequel j'obtenais des résultats, j'ai travaillé depuis 2014 avec tous les publics et j'ai obtenu des réponses, des statistiques, de l'expérience. Rien n'est en lien avec l'art, c'est plutôt en lien avec la demande et il y a de quoi faire. Il est fini le temps ou la prévention n'était basée que sur la sexualité ou la sécurité routière. Après avoir passé 15 ans dans les sillons des éducateurs spécialisés, nous avons même dépassé le stade de la prévention des drogues, des femmes en situation de prostitution. La demande vise un public jeune qui a besoin d'être décontaminé, ce public a besoin d'être désintoxiqué des médias, il touche presque tout le monde par les canaux qu'on accepte.

 

La télévision, les téléphones portables... L'Art est touché par un monde qui ne lui appartient pas, ce monde dans lequel vous trouvez des admirateurs et des passionnés de tous bords, des personnes qui ne cessent de s'instruire. Ils aiment en apprendre d'avantage, des idoles, des fans qui adorent la peinture et la musique, le théâtre et les comédies. Malheureusement beaucoup de jeunes ne font plus la différence entre le vrai et le faux, d'ailleurs la tranche de jeunes est en réalité de 3 à 99 ans. Etant intéressé par l'éducation, la formation, les ONG, j'avais pensé travailler avec mes collègues dans l'ouverture d'ateliers préventifs et de sensibilisation à l'art. L'innovation reste une clé et la porte de sortie pour tous ceux qui souhaiteraient s'affranchir d'une aide à fournir pour faire avancer le gros bateau ... Hi, c'est très dithyrambique.!

En tout cas, c'est pas la dernière fois que je passerais par ici pour dire des choses complètement discutables et surtout continuer à raconter mon histoire, mais nous pensons tous qu'il est important de s'exprimer et de dire ce que nous pensons car la vie est plus compliquée qu'elle n'y paraît, parfois dans les moments qui sembles difficiles, imaginez-vous un coffre dans lequel regorge une bonne partie de vos capacités, vos images et votre créativité, tous les jours vous pouvez avoir une très bonne idée et bien sachez en emmener une jusqu'au bout pour comprendre ceux qui sont sur le même chemin que vous.

 

Les courants de pensés dépassent parfois l'imagination, pour une personne qui écrit, il devient nécessaire de soulager l'esprit par l'écriture, poser à plat, ne pas regarder en arrière et fermer l'ordinateur. J'aimerais parler de mes peintures, de ma musique, avoir plus de temps pour écrire et parfois je me demande pourquoi j'aime aider et donner mon temps à des gens qui en ont besoin. J'aime cette idée, cette idée de vivre pour son prochain.

MTHPC

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial